Bataille de Toulouse en 1814

Bataille de Toulouse 1814

La bataille de Toulouse s’est déroulée le 10 avril 1814. Elle oppose les troupes impériales face à une coalition anglo-hispano-portugaise. La bataille est une victoire défensive française alors que Toulouse est perdue.

Le maréchal Soult arrive à se replier avec tout son matériel et fait plus de dégât à l’armée ennemie. Wellington transformera cette défaite en victoire à des fins de propagandes.


Pour briller en société :

  • Victoire défensive française
  • Bataille alors que l’empereur a abdiqué
  • Perte de Toulouse
  • Soult
  • Retraite française avec une armée intacte

Un contexte particulier

Napoléon abdique le 4 avril 1814. Le 24 mars 1814, après avoir été chassé d’Espagne, Soult arrive à Toulouse. L’armée anglo-hispano-portugaise commandée par le duc de Wellington est à ses trousses .

Dans un contexte pro-royaliste et anti bonapartiste, les paysans refusent de nourrir l’armée française, pire, il refuse de fortifier la ville pour l’offrir.

Wellington tente de couper la retraite de Narbonne en contournant la ville. Il laisse un corps d’armée à Saint-Cyprien tandis que le reste de ses troupes franchissent la Garonne.

La Bataille de Toulouse, Soult

En ce jour de Pâques, le 10 avril 1814, la bataille s’engage. L’assaut est général et sur plusieurs fronts :

Les anglais attaquent Saint-Cyprien mais sont défaient. Les Ecossais attaquent les Ponts-Jumeaux mais eux aussi subissent de lourdes pertes et sont stoppés par 300 soldats et 5 canons. Pour finir les Espagnoles echouent au pont de Matabiau et à Jolimont. L’offensive coalisée est stoppée.

Entre temps, les britanniques arrivent à rejoindre les hostilités et attaquent la redoute de la Cépière. Pour éviter de se faire déborder, Soult envoi des renforts. Le général Taupin tombe au combat à Jolimont qui est bientôt occupé par Wellington.

La retraite

Soult évacue la ville dans la nuit du 11 au 12 avril 1814. Son armée est quasiment intacte et il s’offre le luxe de partir avec tout son matériel au nez et à la barbe des coalisés qui laisse faire. La ville n’a pas été capturée pendant la bataille, ni son armée.

Le 12 Wellington entre dans Toulouse et tourne sa défaite en victoire. Les pertes de la force coalisée sont supérieurs à celles française.

Wellington a parfois su transformer ses échecs en succès, comme en témoigne le mot célèbre au général Beresford après la bataille d’Albuera : « Cela ne va pas, faites-en une victoire ».

Summary
Review Date
Reviewed Item
Bataille de Toulouse
Author Rating
51star1star1star1star1star
Software Name
Article
Software Name
Blog
Software Category
Histoire