La couronne de fer de Lombardie

Napoléon et la couronne de fer

QUEST-CE pour vous qu’une couronne de souverain? Sans doute pensez-vous que chaque monarque porte la couronne royale du pays ou il règne?En principe vous avez raison, cependant l’histoire présente parfois de curieuses anomalies; c’est le cas de la fameuse « couronne de fer » qui passa entre les mains de nombreux princes de nationalités différentes.

LA COURONNE DE FER, UNE PRÉCIEUSE RELIQUE

D’après certains textes, il semble que sainte Helene, la mère de Constantin, premier empereur chrétien, se soit rendue à Jérusalem pour y retrouver les lieux et les instruments de la passion de Jesus-Christ. Des fouilles qu’elle fit à l’emplacement du Calvaire, elle aurait rapporté le bois et les clous de la croix; avec l’un de ces clous elle aurait fait façonner un mince diadème pour son fils.

L’EMPEREUR CONSTANTIN

Sur certaines monnaies anciennes, figure l’effigie de Constantin portant sur la tête le simple anneau de fer.

Apres la mort de l’empereur, la relique aurait été conservée dans l’église Sainte-Sophie, à Constantinople. Sans doute est-ce à cette époque lointaine que six plaques d’or finement ouvragées furent appliquées autour du cercle métallique, ce qui donna à la couronne son aspect actuel.

LE PAPE GRÉGOIRE LE GRAND

La couronne resta à Constantinople jusqu’au VIe siècle, puis l’empereur byzantin Tibère-Auguste la confia au légat du Pape attaché à sa cour, pour qu’il on fit don au pape à son retour à Rome. Le légat devint plus tard Pape lui-même, sous le nom de Grégoire Ier ou « Grégoire le Grand ».

A cette époque, les Lombards s’établissaient en Italie. Une de leurs reines, la pieuse Théodelinde, décida de faire construire à Monza, à cote de son palais, une basilique chrétienne (la cathédrale actuelle de Monza). Pour lui exprimer sa joie, et rehausser le prestige de la nouvelle église, Grégoire le Grand voulut lui offrir une relique précieuse. Il lui envoya la fameuse couronne qu’il avait rapportée de Constantinople. Voilà comment la couronne de fer parvint à Monza, vers l’an 595.

Une tradition veut que Théodelinde elle-même en ait couronné son mari Agilulphe, qui fut ainsi le premier d’une longue série de souverains à porter la « couronne de fer« . Selon une autre légende, ce ne serait pas sainte Helene, mais Théodelinde qui aurait fait fabriquer la couronne de fer pour son mari.

LA COURONNE DE FER ET CHARLEMAGNE

En 774, après avoir brisé le royaume des Lombards, Charlemagne se fit couronner à Pavie. En 888, Bérenger Ier, petit-fils de Louis le Débonnaire fait valoir ses prétentions au trône d’Italie. Après l’éffondrement de l’empire carolingien il devint empereur d’Allemagne, tout en conservant son premier titre. Depuis Bérenger, la couronne de fer servit au sacre des rois d’Italie.

DE NOMBREUX EMPEREURS D’ALLEMAGNE

Le précèdent était crée : tous les empereurs d’Allemagne revendiquèrent après lui leurs droits au trône d’Italie. Ainsi apparut une longue série d’empereurs germaniques :

  • Otton III, 996;
  • Henri III, 1046;
  • Henri IV, 1061;
  • Conrad II, 1093;
  • Conrad III, 1128;
  • Frederic Ier, plus célèbre sous le nom de Frederic Barberousse, 1158;
  • Son fils Henri VI, 1186;
  • Otton IV, 1198.

Tous vinrent à Monza, Milan ou Pavie pour recevoir la couronne de fer.

En 1273, des seigneurs de Milan, les Torriani, à la suite d’ennuis pécuniaires, s’approprièrent la couronne désormais célèbre… et la mirent en gage chez des particuliers, contre une somme d’argent. Plus tard, en 1319, un Visconti dégagea la couronne.

Quand la papauté se transféra en Avignon, le précieux joyau y demeura pendant une dizaine d’années (milieu du xIve siècle). Il devait ainsi être sauvé des querelles intestines.

Par la suite, les empereurs Sigismond (1431), Maximilien Ier (1496), à l’origine de la puissance de la maison d’Autriche, puis Charles Quint, couronne à Bologne (1530), le portèrent.

Avec Charles Quint, roi d’Espagne et empereur germanique, commença la longue période de domination espagnole sur l’Italie.

LA COURONNE DE FER ET NAPOLEON Ier

Dès lors la couronne de fer resta sans prétendant jusqu’au 26 mai 1805, jour ou, dans la cathédrale de Milan, Napoleon Ier la posa lui-même sur sa tête en prononçant la formule traditionnelle

Dieu me l’a donnée, malheur à qui la touche.

Napoléon Ier

Malgré ces paroles, il n’en resta pas longtemps titulaire. Après la chute de l’Empire (1815), le nord de l’Italie (Lombardie et Vénétie) passa aux mains de l’Autriche et, en 1838, à Milan, l’empereur Ferdinand Ier fut couronné à son tour roi de Lombardie.

TRANSPORTÉE SOUS ESCORTE MILITAIRE

15 mars 1849. 5 heures du matin! Un géneral et un colonel autrichiens, suivis d’une patrouille de gendarmes, frappent à la porte du presbytère de la cathédrale de Monza.

Pour quelle raison des officiers d’un si haut grade se sont-ils dérangés à une heure aussi matinale? Ils présentent un papier signe du maréchal Radetzki, ordonnant de leur remettre sur-le-champ la couronne de fer, témoignage d’une inestimable valeur historique, artistique et religieuse, qui depuis treize siècles et demi était conservée dans le trésor de la basilique. Le clergé de la cathédrale dut obtempérer, et la couronne célèbre fut transportée à Milan, sous escorte militaire, pour être remise au feld-marechal.

Elle fut alors conservée dans la forteresse de Mantoue ensuite, l’Autriche étant restée maitresse de la Lombardie consentit à replacer la précieuse couronne à Monza.

Plus tard, l’Autriche vit à nouveau ses possessions italiennes chanceler, et la couronne de fer quitta une fois encore la basilique pour être transferée à Vienne.

Enfin, à la suite de la victoire remportée en 1866 par les Prussiens – alliés des Italiens – contre l’Autriche, elle réintégra définitivement le trésor de l’antique basilique de Monza.

Sources