Rome contre les pirates

Rome contre les pirates

La guerre de Rome contre les pirates débute avec la nécessité pour Rome de rétablir son commerce et ses approvisionnement à travers l’ensemble de la Méditerranée. Pendant cette véritable guerre sur mer, un romain s’illustre tout particulièrement : Pompée. Il met un terme à la menace en quelques mois, là, où ses prédécesseurs ont échoués.

Sommaire

En 67 av. J.-C., le Sénat romain décida de confier à un personnage consulaire le « Commandement suprême sur toutes les mers », avec des pouvoirs vraiment extraordinaires. Ainsi fut accordé au seul Pompée le commandement des opérations menées en Méditerranée, du
détroit de Gibraltar aux côtes d’Asie et d’Afrique, et cela sans aucune limite temporaire.

Comme chef de la flotte il avait le droit de choisir 25 légats parmi les anciens « préteurs » (ceux dont le rang était immédiatement inférieur à celui de consul), et de prendre, dans le Trésor, les fonds qui lui étaient nécessaires. Il avait en outre à sa disposition 120 000 fantassins, 50 000 cavaliers et une flotte de 500 navires.

Rome menacée par les effets de la piraterie

Il était assez étonnant que le Sénat romain prenne une décision si opposée aux principes républicains qui ne permettaient pas d’attribuer des pouvoirs aussi étendus à un seul homme.

Mais comment aurait-il pu, sans cela, résoudre la situation dans laquelle il se trouvait? Fallait-il laisser les pirates devenir maîtres de la Méditerranée et ruiner complètement la République, ou bien donner libre cours à l’« habileté d’un chef » qui délivrerait le pays de la menace que faisait peser sur lui la présence des pirates?

C’est ainsi que la plus grande partie des sénateurs décidèrent de violer les principes républicains dans le seul dessein de sauver leur République. Le «navarque» (commandant de la flotte) fut nommé. La lutte contre les pirates était désormais engagée.

La puissance de la piraterie

Les pirates, aussi anciens que la navigation, infestaient la Méditerranée depuis les temps les plus reculés. Toutes les villes de la côte devaient se préoccuper de défendre leurs navires contre leurs attaque.

Longtemps, la piraterie ne représenta pas un danger véritable : Rome avait des forces suffisantes pour faire face aux incursions des brigand de la mer. Mais, au premier siècle av. J.-C., il en fut tout autrement. L’importance et la force sans cesse accrues des pirates inquiétèrent Rome.

En effet, ayant aidé l’Asie au cours d’une guerre contre Rome; ils avaient reçu en échange de vastes territoires et bon nombre de navires.

L’historien grec Plutarque (1er siècle ap. J.-C.) raconte que les pirates parvinrent à constituer une flotte de 1000 navires. Tigrane, roi d’Arménie, leur donna, en outre, une partie de la Cilicie (région située au sud-est de l’Anatolie). D’autres souverains asiatiques leur cédèrent des forteresses et des ports situés le long des côtes orientales de la Méditerranée. Toujours plus puissants et plus nombreux, les pirates prirent de l’audace: ne se contentant plus d’attaquer les navires, ils assaillaient aussi les villes et les villages côtiers et enlevaient des personnalités politiques qu’ils ne rendaient que contre rançon.

Lorsqu’ils apprirent que, dans le port d’Ostie, une flotte puissante se préparait à naviguer
contre eux, ils réussirent à y pénétrer et à tout détruire. Ainsi, peu à peu, les pirates devinrent-ils les seuls maîtres de la Méditerranée.

Les navires furent régulièrement pillés, et les équipages souvent capturés. Le commerce devenant de plus difficile avec l’extérieur, les territoires de la Méditerranée commencèrent à s’appauvrir et à souffrir de la misère.

Les échecs romains

Les Romains ne demeuraient cependant pas inactifs. En 78 av. J.-C. le Sénat avait délégué le consul Publius Servilius pour exterminer les pirates.

Malgré trois ans de durs combats, le consul n’obtint pas de grands résultats.
Les pirates s’emparèrent du reste de la Cilicie mais se réfugièrent dans l’île de Crète, qui était déjà le quartier général de la piraterie.

En 74 av. J.-C. les effets obtenus par une autre expédition ne furent pas meilleurs. Les pirates sortirent vainqueurs d’une bataille qui eut lieu au voisinage de l’île de Crète, et réussirent même à
prendre plusieurs navires romains. Ainsi la situation ne cessait de s’aggraver.

La victoire de Rome contre les pirates

Ces échecs des Romains étaient dus à l’insuffisance des effectifs de guerre, et à l’absence d’un chef habile et fort. C’est en 67 av. J.-C. que Rome trouva l’homme capable de réussir
dans cette entreprise de destruction : il s’agissait de Pompée qui avait déjà fait ses preuves en tant que général.

Nommé commandant suprême de la flotte et investi de pouvoirs extraordinaires, Pompée établit un grand plan d’action : il divisa le territoire méditerranéen en 16 secteurs et confia chacun de ceux-ci à un lieutenant chargé d’exterminer les pirates à tout prix.

Ce plan ne laissant aucune issue aux adversaires, s’avéra très efficace et des centaines de navires pirates passèrent bientôt aux mains des Romains.

Pompée, avec une partie de la flotte, se chargea de débarrasser la mer autour de la Sicile et de l’Afrique, pour permettre à nouveau l’expédition de blé vers les territoires africains. En 40 jours, la Méditerranée occidentale fut rendue à la navigation romaine, du détroit de Gibraltar à celui de Messine.

Les pirates qui avaient échappé aux attaques romaines s’étaient réfugiés dans les côtes rocheuses de la Cilicie.

Pompée se dirigea alors vers la Méditerranée orientale. Il eut recours à un nouveau stratagème et promit la liberté à tout pirate qui se livrerait spontanément. Le résultat fut excellent : des centaines de pirates se rendirent sans hésiter. Ceux qui résistèrent ne tardèrent pas à être capturés, mais furent traités avec clémence. Le nombre de prisonniers s’éleva à 20 000, et celui des navires capturés à 846. Voilà comment Pompée réussit, en trois mois, à anéantir la piraterie dans toute la région méditerranéenne.

FAQ

Qui met fin à la piraterie en Méditerranée ?

Pompée réussit, en trois mois, à anéantir la piraterie dans toute la région méditerranéenne.

Pourquoi les pirates menacent Rome ?

Les attaques des pirates perturbent fortement les relations commerciales et les voies d’approvisionnement de la République Romaine. Rome étouffe lentement mais sûrement.

Ainsi, peu à peu, les pirates devinrent-ils les seuls maîtres de la Méditerranée.
Les navires furent régulièrement pillés, et les équipages souvent capturés. Le commerce devenant de plus difficile avec l’extérieur, les territoires de la Méditerranée commencèrent à s’appauvrir et à souffrir de la misère.

Comment Pompée gagne contre les pirates ?

Nommé commandant suprême de la flotte et investi de pouvoirs extraordinaires, Pompée établit un grand plan d’action : il divisa le territoire méditerranéen en 16 secteurs et confia chacun de ceux-ci à un lieutenant chargé d’exterminer les pirates à tout prix.

Dossier marine romaine

Rome contre les pirates

La marine romaine et ses navires

Derniers articles

Summary
Review Date
Reviewed Item
Rome contre mes pirates
Author Rating
51star1star1star1star1star
Software Name
Article
Software Name
Blog
Software Category
Histoire