<style>.lazy{display:none}</style>Évolution des bateaux à vapeur: histoire et innovations

Évolution des bateaux à vapeur: histoire et innovations

Bateaux à vapeur

L’histoire des bateaux à vapeur remonte à l’Antiquité, où de nombreux chercheurs ont imaginé des machines capables de libérer l’homme des contraintes des rames et des voiles dépendantes du vent en mer. Cependant, c’est Denis Papin qui a été le premier à envisager l’utilisation de la vapeur pour la navigation. Au fil du temps, les avancées technologiques ont permis de réaliser ce vieux rêve, notamment grâce à des pionniers tels que Robert Fulton.

En 1807, Fulton réussit à faire naviguer le Clermont sur la Seine, marquant ainsi un tournant décisif dans l’histoire des bateaux à vapeur. Par la suite, la technologie s’est répandue rapidement, avec des navires comme le « Nouvelle-Orléans » sur le Mississippi et l’Elise en France. Les bateaux à vapeur ont même franchi l’Atlantique, avec des exploits comme la traversée du Savannah en 1820 et celle du pyroscaphe « Enterprise » en 1825.

L’ère de l’hélice a ensuite succédé aux roues à aubes, offrant de nouvelles possibilités de propulsion. Les bateaux à vapeur ont également été utilisés à des fins militaires, avec des navires de guerre tels que le « Napoléon ». Depuis lors, l’histoire des bateaux à vapeur a été marquée par une augmentation constante du tonnage et de la vitesse, témoignant de l’importance de cette innovation dans le domaine de la navigation maritime.

Sommaire

Les débuts de la navigation à vapeur : De l’Antiquité à Denis Papin

Depuis l’Antiquité, de nombreux chercheurs ont imaginé des machines permettant à l’homme de se libérer des rames, des avirons et des voiles tributaires des vents, qui nécessitaient de nombreux équipages pour la propulsion en mer. Ces moyens de propulsion pouvaient être à la fois des alliés précieux ou de redoutables adversaires.

La découverte de la machine à vapeur a permis de réaliser ce vieux rêve. C’est Denis Papin (1647-1714) qui a été le premier à envisager l’utilisation de la vapeur pour la navigation. Les vaisseaux ont été débarrassés de leurs mâts lourds et encombrants, et les systèmes de gréement ont été simplifiés et n’ont plus été utilisés pour la propulsion. Cependant, la beauté des lignes anciennes, aussi variées que gracieuses, a peu à peu disparu.

Robert Fulton et la supériorité des bateaux à vapeur

En 1783, le bateau à vapeur de Jouffroy d’Abbans a remonté le courant de la Saône. Mais c’est un Américain, Robert Fulton, qui a réussi à démontrer, après plusieurs tentatives, la supériorité des bateaux à vapeur par rapport aux bateaux à voiles. Le premier bateau de Fulton ressemblait à un voilier normal, mais il était équipé d’une grande roue de chaque côté et d’une cheminée centrale. Les pistons de la machine à vapeur étaient reliés par des chaînes à une planche aux extrémités de laquelle étaient fixées les roues. Le mouvement alternatif des pistons, animant les roues avec un mouvement continu, permettait d’avancer le navire.

La démonstration sur la Seine : Succès et déception

La question qui se posait à l’époque était de savoir si ce bateau était capable d’avancer et de remonter la Seine. Des milliers de personnes se sont rassemblées sur les quais de la Seine en 1803. Fulton, anxieux, se demandait si cela allait être un échec. Mais voilà que l’eau commence à bouillonner, tandis que la cheminée dégage une fumée noire. Ça y est, le voilier avance majestueusement, et la foule, enthousiaste, applaudit. Cependant, Fulton est déçu car aucun armateur ni amiral ne vient le féliciter ou le remercier, seulement la foule qui s’en va déjà après cette brève distraction.

Malgré cela, Fulton ne se laisse pas décourager et part pour l’Angleterre où il espère obtenir du succès. Mais là aussi, il connaît une nouvelle déception. Les savants anglais déclarent que c’est une belle invention, mais ils restent convaincus de la supériorité de la navigation à voile.

Le triomphe en Amérique : Le Clermont remonte l’Hudson

Fulton décide alors de tenter sa chance en Amérique. Le 19 août 1807, devant une foule curieuse et incrédule, le Clermont, long de 41 mètres et large de 4 mètres, remonte le cours de l’Hudson et effectue le trajet de New York à Albany (240 km) en 32 heures. C’est enfin le succès ! On déclare : « Nous venons d’assister au triomphe de la technique moderne. Bientôt ces navires vogueront non seulement sur nos fleuves, mais aussi sur tous les océans. » Ainsi se terminait le discours de félicitations d’un savant new-yorkais.

Quatre ans plus tard, le navire « Nouvelle-Orléans » était affecté à un service régulier sur le Mississippi. En 1817, les États-Unis possédaient déjà plus de 100 navires à vapeur. Il est presque certain que sans la ténacité de l’Américain Fulton, il aurait fallu de nombreuses années avant que les bateaux à vapeur ne soient réellement au point.

L’arrivée de la navigation à vapeur en France : Le bateau « Elise »

En 1816, le bateau à vapeur « Elise » (70 tonnes, 21 mètres, 14 CV), construit en Angleterre, est acheté par les Français Andriel et Payol. Amarré à Paris sous les ovations de la foule massée devant le château des Tuileries, l’Elise fut le premier bateau à vapeur à traverser la Manche (il mit 18 heures) et le premier à naviguer en France sur les fleuves.

Le Savannah et la traversée de l’Atlantique : Entre vapeur et voile

En 1820, le Savannah (d’une jauge de 350 tonneaux) part de Géorgie (États-Unis) pour traverser l’Atlantique en 29 jours et 11 heures. C’était un trois-mâts muni d’une machine à vapeur qui actionnait des roues à aubes, lesquelles pouvaient être hissées sur le pont pour ne pas gêner la navigation à la voile. Cependant, la réserve de combustible s’est révélée insuffisante, obligeant le navire à effectuer la traversée en partie à la voile.

Le pyroscaphe « Enterprise » et son voyage vers les Indes

En 1825, un pyroscaphe anglais appelé « Enterprise » (du grec « pûr » signifiant « feu » et « scaphé » signifiant « bateau ») part de Londres et rejoint les Indes en 173 jours.

La conquête de l’Atlantique Nord : Les bateaux à vapeur « Sirius » et « Great Western »

En 1838, la première traversée de l’Atlantique Nord par un bateau à vapeur est effectuée par le « Sirius ». Suivi peu après par le « Great Western », reliant Liverpool à New York en seulement 15 jours. L’Italie lance également le « Dante », premier navire de commerce à vapeur.

L’ère de l’hélice : Le remplacement des roues à aubes

Cependant, les roues à aubes se sont avérées fragiles et encombrantes. Elles ont été remplacées par l’hélice, et en 1839, le « Archimède« , un bateau à vapeur muni d’une hélice, a effectué un voyage autour de la Grande-Bretagne qui a suscité un grand intérêt.

L’avènement des navires de guerre à vapeur : Le cas du « Napoléon »

En 1841, le premier navire de guerre à vapeur équipé d’une hélice, le « Napoléon », mesurant 71 mètres de long sur 16 mètres de large, a été construit en France. L’hélice avait été inventée par des personnes telles que Smith (Angleterre), Sauvage (France) et Ericson (Suède).

Cette amélioration a relancé le développement des navires, dont le tonnage et la vitesse n’ont cessé d’augmenter depuis lors.

FAQ

Quand les premiers bateaux à vapeur ont-ils été inventés ?

Les premiers bateaux à vapeur ont été inventés dès la fin du XVIIIe siècle, avec Denis Papin et ses expérimentations sur l’utilisation de la vapeur pour la navigation.

Qui est l’inventeur emblématique des bateaux à vapeur ?

Robert Fulton est considéré comme l’inventeur emblématique des bateaux à vapeur. Il a réussi à démontrer la supériorité de ces navires par rapport aux bateaux à voiles, grâce à son bateau équipé d’une machine à vapeur et de roues à aubes.

Quelles étaient les améliorations apportées aux bateaux à vapeur au fil du temps ?

Au fil du temps, les roues à aubes ont été remplacées par des hélices, offrant une meilleure efficacité et un encombrement réduit. De plus, les navires à vapeur ont connu des améliorations constantes en termes de tonnage et de vitesse.

Quels ont été les premiers voyages maritimes notables réalisés par des bateaux à vapeur ?

En 1816, le bateau à vapeur « Elise » a traversé la Manche et navigué sur les fleuves français. En 1838, le « Sirius » a réalisé la première traversée de l’Atlantique Nord, suivie par le « Great Western » reliant Liverpool à New York en seulement 15 jours.

Quel impact les bateaux à vapeur ont-ils eu sur le développement de la navigation maritime ?

L’invention des bateaux à vapeur a révolutionné la navigation maritime en offrant des moyens de propulsion plus puissants et fiables. Ils ont permis de surmonter les limites dépendantes des vents et des équipages, ouvrant ainsi de nouvelles possibilités de transport et de commerce à travers les océans.

Articles sur la même thématique

Admiral Scheer, croiseur lourd de la Kriegsmarine

L'admiral Scheer, le Deutschland et le Graf Spee, promis à une grande notoriété, l’Admiral Scheer formait une classe de trois…

Lire l'article

Le cuirassé Strasbourg

Le Strasbourg. Le traité de Washington sur les limitations navales interdisait aux grandes puissances maritimes de se lancer dans la…

Lire l'article

Le cuirassé Dunkerque

Orgueil de la marine française à la veille de la Seconde Guerre mondiale, le Dunkerque prit part à la tragique…

Lire l'article

Quel est le dernier cuirassé français ? Le Richelieu

Le cuirassé Richelieu demeure, avec le Jean Bart, son ‘’sistership”’, une des plus belles unités de la Marine française de…

Lire l'article

Comment le Yamato a coulé ?

Le Yamato fut incontestablement le plus gros cuirassé qui ait jamais été construit. Ironie de l’histoire, cet énorme bâtiment à…

Lire l'article

Le HMS Hood

Orgueil de la Royal Navy, le croiseur de bataille Hood connut un destin tragique, en mai 1941, lorsqu'il affronta le…

Lire l'article