Le rôle de Pétain à Verdun

Le rôle de Pétain à Verdun

Le rôle de Pétain à Verdun est décisif sur le plan opératif de la bataille. En seulement deux mois il réussit le tour de force de renforcer la logistique, l’esprit combatif et la réorganisation même de l’armée française à la bataille de verdun.

Le concept de bataille perd sont sens conventionnel avec la recrudescence de moyens technologiques sur le terrain. Les affrontements prennent des envergures nouvelles, s’étalent parfois sur de très longues durées et s’enlisent. L’assaut massif se fragmente systématiquement en une multitude de combats de moindre ampleur et détournés de l’objectif initial.

Sommaire

Préface du rôle de Pétain à la bataille de Verdun

La ligne de front apparaît alors comme un ensemble de terminaisons nerveuses parcourus d’un fourmillement de cellules.
L’art opératif, théorisé par les soviétiques durant l’entre deux guerres, consiste (dans ce cas précis) à mettre toutes ces cellules en relation et anticiper leurs évolutions distinctes plutôt que de les réagglomérer en un « pack » pour reprendre une offensive stérile. Il s’agit d’interpréter chacun de ces engagements, favorable ou non, car leurs issues seront moins importantes que les mouvements – et immanquablement, les failles – qu’ils provoqueront dans le dispositif ennemi.

En bref, une véritable lecture séquentielle de l’algorithme d’informations provenant du champs de bataille. Si cette définition semble pompeuse, il faut comprendre que l’art opératif est une rupture intellectuelle complète de l’art de la guerre, et que les opérations en profondeur n’en sont qu’un des nombreux aspects.

Dans l’art de la guerre traditionnel, la composante tactique se distingue de la composante stratégique. Le stratège établit un plan de campagne dont les objectifs sont définis selon une certaine délimitation temporelle et géographique imposée par les ressources et les moyens de départ.

Il envisage son déroulement comme un enchaînement de batailles et son résultat comme une addition de victoires.

La tactique y a donc une place prépondérante, puisque la moindre défaite peut mettre à mal l’ensemble des opérations. Le tacticien va s’employer à vaincre voire détruire l’armée adverse pour clôturer son combat, afin de reprendre la manoeuvre qui n’est en fait qu’un mouvement destiné à engager le prochain dans les meilleurs conditions.

On a donc grosso modo une planification basée sur des suppositions qui seront appuyées par les meilleures méthodes possible. Les notions de stratégie et tactique se confondent dans l’art opératif, et prennent une toute autre perspective.

On situe souvent les premières manifestations opératives aux guerres post-révolutionnaires : s’il est vrai que Napoléon lui-même ne comprends pas pourquoi ses victoires successives ne mettent pas les coalisés à genoux, ces derniers se contentent eux aussi de répéter les mêmes erreurs dans l’espoir de submerger l’ennemi par la masse.
A titre personnel, je considère que la guerre qui oppose Pyrrhus 1er à Rome dans ses premières périodes préfigure l’importance du cordon opératif qui relie une armée à ses arrières.

L’exemple romain

Les légions n’existent pas encore, aussi Rome a-t-elle empruntée le modèle phalangiste pour bâtir son armée. Si les 2 adversaires sont donc plus ou moins sur un même seuil d’efficacité, Pyrrhus est l’un des chefs de guerre les plus complets de l’histoire : c’est un fin stratège et un habile tacticien.

Mais après ses premières et lourdes défaites, Rome remanie son administration militaire pour donner de la masse à ses troupes et de la profondeur à son dispositif. En fait, elle entame le processus qui transformera son armée en une institution. Elle fait preuve de résilience, s’adapte et évolue.

Le recrutement fluidifié assure bien sûr une reprise rapide des combats, mais aussi une réduction de la période décisive qui sépare la destruction d’une armée à la mise sur pied d’une autre : les retours d’expériences effectués pour identifier les défaillances de la première seront encore pertinents quand la seconde sera opérationnelle.

L’armée romaine se perfectionne, celle de Pyrhus s’affaiblit.
Outre la victoire sur les grecs, cette interaction permanente entre la sphère combattante qui recherche la victoire et la sphère intérieure qui lui en donne les moyens dotera Rome d’une puissance sans équivalent, illustrant parfaitement l’idée de système de Toukhatchevsky et consorts.

Pétain à la bataille de Verdun
Pétain à la bataille de Verdun – colorisation par IA

De l’opératif à Verdun : Pétain réinvente la guerre

C’est cependant bien à Verdun qu’ont lieux les premières applications militaire stricto sensu de l’art opératif, dans un cadre défensif. Lorsque le Général Pétain prend le commandement à la bataille de Verdun, il réalise qu’il est impossible d’arrêter la progression allemande a court termes.

Il ne dispose d’aucune donnée fiable sur le dispositif adverse, la situation de ses propres troupes n’est pas encore clarifiée et son état major est en plein émoi.

Il comprend cependant que la terrifiante puissance de feu délivrée par l’ennemi ne peut pas appartenir à une seule armée, mais à une concentration d’effectifs et de moyens empruntés sur d’autres fronts le temps des opérations : il a face à lui la localisation temporaire de grandes forces qui affaiblit l’ensemble d’un système.

Encaisser pour durer

Il faut donc commencer par se donner les moyens d’encaisser jusqu’à ce qu’une offensive allié n’oblige une redistribution de ces forces. Dans l’immédiat, Pétain ne peut compter à cette fin que sur les poilus qui s’accrochent becs et ongles au terrain. Il échelonne les moyens relativement réduit ont il dispose sur plusieurs lignes plutôt que de s’en servir pour renforcer la première, qui sera de toute façon submergée tôt ou tard.

Puisque stopper l’avancée allemande n’est pas encore envisageable, il faudra tenter de la « canaliser » dans un dispositif de défense en profondeur. Parallèlement, il ordonne à l’artillerie des forts de faire feu.

Poilus à la bataille de verdun
Poilus à la bataille de Verdun – colorisation par IA

Si ces 2 initiatives ne peuvent suffire à rétablir la situation, elles rompent le sentiment d’isolement des combattants : le cordon entre l’avant et l’arrière est établi.

La maîtrise du ciel

Au fil de deux années de guerre, l’espace aérien s’est pleinement intégré dans l’environnement opérationnel. Dans l’inconscient du soldat, il est devenu une source de dangers supplémentaire s’il appartient à l’ennemi, alors que sa maîtrise peut être un grand atout moral. La reprise rapide du ciel par l’escadrille de Tricornot de Rose est perçu par le poilu comme un retour offensif et une implication importante du commandement dans le combat – en plus des avantages conventionnels comme une meilleure vue d’ensemble -, et il est à présent couvert d’un « toit protecteur » qui représente pour les allemands une menace omniprésente.

Pétain cherche à priver les forces ennemis de ses outils d’observation : le système adverse ne dispose plus de sa principale source de renseignements en ce terrain difficile. Il s’entoure également des meilleurs esprits dans leur domaine (à l’instar de Tricornot de Rose) et leur donne carte de blanche pour améliorer les conditions de combats, favorisant les innovations.

L’appui logistique

Le Capitaine Doumenc et le Commandant Richard (entre autres officiers d’exceptions) parviennent ainsi à rendre la Voie Sacré -alors une petite route départementale très endommagée- praticable dès les premiers jours de la bataille de Verdun grâce à d’ingénieuses improvisations, à réunir un parc motorisé de plusieurs milliers de véhicules et à organiser une rotation quasi-millimetrée.

En moyenne, les véhicules se succédaient par intervalles de 15 secondes, acheminant des centaines de milliers d’hommes et de tonnes de munitions au front. Cette prouesse logistique, sans équivalent durant le reste du conflit, en permettra une autre : le passage de 70% de l’armée française par Verdun.
Contrairement à l’art de la guerre -comprenez son ancienne conception -, l’art opératif n’est pas un art à proprement parler : c’est une science.

L’art opératif mis en place par Pétain à la bataille de Verdun

On abandonne l’illusion que la seule supériorité de ses armées et de leur emploi puisse assurer une victoire rapide, réduisant ainsi la durée, les pertes et le coût d’une guerre. On se tourne plutôt vers l’idée qu’une confrontation entre puissances modernes connectera les besoins du front aux branches civiles aptes à y répondre, notamment industrielle et sociale.

Les besoins croissants stimuleront – entre autre – une production et une mobilisation de masse qui ne correspondent pas avec l’idée d’une guerre courte et manoeuvrière. On ne peut plus espérer vaincre sans mettre à profit ce nouveau « facteur exponentiel ».

La Voie Sacré achève cette connexion entre le champs de bataille et ses supports vitaux, formant ainsi un système sans cesse alimenté et d’une grande flexibilité opérationnelle. La victoire n’est pas acquise pour autant, car les allemands disposent eux aussi d’une logistique efficace en plus de plus de leur supériorité tactique et matérielle. Mais à présent qu’ils sont soutenus par le formidable effort de guerre national, les français bénéficient de l’avantage de l’usure et le front est définitivement stabilisé.

Par son commandement qui s’apparente davantage à un management, Pétain a réuni toutes les conditions pour rendre son système opérationnel. Concrètement, il ne donne pas vraiment d’ordres précis (si ce n’est que de tenir coûte que coûte) mais institue plutôt une ligne de conduite par les moyens qu’il s’évertue à donner à ses troupes.

Cela redonne une cohérence au tronc hiérarchique du sommet à sa base, car chacun comprend que son rôle est d’employer au mieux ces moyens selon sa spécialité dans l’unique but d’enrayer l’attaque allemande.

Pétain préfère confier la pleine direction des opérations à ses subalternes au plus près de l’action, car il tient à ce que les ordres correspondent au réalités du terrain plutôt qu’à une grille tactique d’avant-guerre.

Une autre caractéristique de l’axiome opératif, puisqu’on tient compte du champs d’incertitude que laissent les évolutions récentes. Le soldat conscient des efforts que l’arrière aura déployé pour pourvoir à ses besoins formulera sa propre grille tactique. Cette marge de manoeuvre rare dans la discipline militaire française est bienvenue pour les combattants au moral en berne, et nombreux sont ceux qui peuvent prendre des initiatives au lieu de subir en appliquant des doctrines ineptes pour la première fois, tout du moins avec l’aval du commandement.

En tentant de s’adapter, les poilus développent de nouvelles approches du combat rapprochés dont l’une retient particulièrement l’attention de Pétain à la bataille de Verdun. Des petits groupes eux mêmes fractionnés en équipes aux fonctions complémentaires (plus ou moins « d’accrochages » pour engager l’ennemi dans sa tranchée, de « nettoyages » pour l’investir dans la foulée et de soutiens plus lourdement armée pour repousser les renforts) lancent régulièrement des contre-attaques un peu partout sur la ligne.

Les nettoyeurs de tranchés, unités tactiques

Ces petits groupes présentent deux avantages : ils sont bien sûr moins vulnérables à l’artillerie et autres armes lourdes, mais il reste surtout possible de les commander sous le feu ennemi – à l’inverse des assauts massifs qui se dispersent et deviennent inopérants dès que soumis à une pression trop forte.

Aussi, alors même que les actions de ces unités tactique improvisés ne sont ni coordonnées ni concentrées et donc théoriquement d’incidence limité, les allemands ne comprennent pas leur caractère anarchique et stoppent leur progression pour préparer une manoeuvre, une contre-attaque, reprendre les bombardements… Bref, remanier sans cesse leur dispositif et perdre du temps.

Mises bout-à-bout, ces opérations coup de poing se révèlent plus efficaces que les charges compactes et coûteuses pour les 2 camps, et inspireront les « opérations à objectifs limités » de Pétain l’année suivante.

Le Général tient à faire sentir sa présence partout, dans tous les corps. Le champs de bataille n’y fait pas exception, et outre ses visites régulières au front, il dirige lui-même l’artillerie lourde.
Même si les pièces de gros calibres ne sont pas très nombreuses dans ce secteur, cette marque de sa participation dans la bataille fait forte impression auprès de ses hommes. Le feu qui s’abat sur l’ennemi et qui les « protège » est celui de l’homme qu’ils saluent. L’impact moral sur les poilus générée par son implication personnelle aux combats ainsi que les améliorations de leurs qualités de vie et du ravitaillement dues à son commandement contribueront à l’esprit de corps les liera bientôt dans « Mère des Batailles« .

Conclusion

En seulement deux mois de commandement, Pétain à la bataille de Verdun a réussi à redresser la situation critique dans laquelle se trouvaient son armée en privilégiant une approche scientifique et psychologique plutôt que purement militaire. En instaurant un climat de confiance, de proximité et d’empathie associé à de nettes améliorations matérielles et logistiques, il a su obtenir le meilleur de ses soldats et subordonnés dans les pires conditions.

Soldats français au repos à la bataille de verdun
Soldats français au repos – colorisation par IA

Tout fonctionne encore au ralenti, mais les fondamentaux qui inspireront aux soviétiques la véritable révolution doctrinale qu’est l’art opératif sont jetés ici. Ce sont cependant les britanniques qui utiliseront les premiers ces enseignements dans une formule offensive. Mais nous verrons cela une prochaine fois.

Auteur : Christophe Logel


FAQ

Quelle est l’une des principales actions que Pétain entreprend à sa prise de commandement ?

Il tente de « canaliser » l’armée allemande dans un dispositif de défense en profondeur.

Quelle escadrille permet une reprise du contrôle du ciel par les français ?

La reprise rapide du ciel par l’escadrille de Tricornot de Rose est perçu par le poilu comme un retour offensif et une implication importante du commandement dans le combat

Qui remet sur pied l’appui logistique de la Voie Sacré ?

Capitaine Doumenc et le Commandant Richard (entre autres officiers d’exceptions) parviennent à rendre la Voie Sacré -alors une petite route départementale très endommagée- praticable dès les premiers jours de la bataille de Verdun grâce à d’ingénieuses improvisations, à réunir un parc motorisé de plusieurs milliers de véhicules et à organiser une rotation quasi-millimetrée.

Dossier sur la Première Guerre mondiale

Pourquoi la guerre Russo-japonaise ?

Lire l'article

Le rôle de Pétain à Verdun

Lire l'article

Analyse de la France dans l’entre deux guerres

Lire l'article

Comment la France a gagné la Première Guerre mondiale ?

Lire l'article

Quelles sont les conséquences de la Première Guerre mondiale ?

Lire l'article

La Première Guerre mondiale

Lire l'article

Analyse de la bataille de la Marne

Lire l'article

Uniformes de la première guerre mondiale

Lire l'article

Derniers articles

Summary
Review Date
Reviewed Item
Le rôle de Pétain à Verdun
Author Rating
51star1star1star1star1star
Software Name
Article
Software Name
Blog
Software Category
Histoire