Louis XV, la petite histoire

Louis XV

Louis XV succède à Louis XIV et tranche avec le style de son prédécesseur. Surnommé le « Bien-aimé » par le peuple, découvrez à travers la petite histoire l’homme qu’était Louis XV, Roi de France.

Sommaire

« Ne guettons pas les grands hommes aux petites choses » disait Montaigne. Cependant, ce sont souvent les historiettes qui permettent de mieux connaître un grand homme, car elles livrent un peu de son intimité et laissent entrevoir le fond de son caractère, toujours secret dans les grandes actions de la vie.

N’est-ce pas ce qui inspira ces réflexions que Dufort de Cheverny, introducteur des ambassadeurs sous Louis XV, confie a ses « Mémoires » :

« Je me suis demandé cent fois, écrit-il, pourquoi un roi doué des qualités les plus sociétales, les plus honnêtes, paraissait aussi insensible à la mort de ceux qui l’environnaient; je n’ai pu trouver qu’une solution. Un roi a continuellement sous les yeux un tableau mouvant, son service intime, comme celui de l’extérieur, change tous le trois mois; c’est une sorte de lanterne magique. D’un autre côté il ne meurt pas une personne de ceux qui l’entourent qu’il n’ai une place à donner. Il fait ainsi un heureux, tandis que par le changement continuel, celui qu’il perd s’efface très aisément de sa pensée. »

Dufort de Cheverny à propos de Louis XV

Il ne faut cependant pas en déduire trop vite que Louis XV était indifférent.

La bonhomie de Louis XV

Un Jour, le marquis de Villepail, écuyer de la petite écurie, revenait d’accompagner le roi à son débotté et restait dans l’antichambre à jouer avec Bontemps, premier valet de chambre. Villepail, qui avait son fouet de poste, s’en servait contre Bontemps; mais, voyant ce dernier prendre le fouet de chasse du roi, il s’enfuit par l’escalier.

Bontemps s’embusque derrière la porte, le fouet sur l’épaule. Il n’était pas depuis longtemps en faction que Louis XV survient; le valet ne reconnaît pas le pas du roi, il sort de derrière la porte, brandissant son arme et reste pétrifié!

Le roi le prend par l’oreille de Bontemps de crier : « Sire, pardonnez-moi! C’est Villepail qui m’a battu; je croyais que c’était lui.» Le roi, sans se fâcher, rit longtemps de cette méprise.

L’indulgence de Louis XV pour une histoire de chat

Une autre fois, quelques jeunes gens espiègles et turbulents qui avaient fonction d’amuser le roi par leur gaieté, attendaient dans l’antichambre l’heure du « coucher ». Sur un coussin reposait un matou angora blanc.

L’un des jeunes gens, François de Champcenetz, l’aperçoit et imagine une farce. « Vous ne savez pas que je puis faire danser un chat? » lance-t-il aux autres, et le pari est engagé. Champcenetz tire alors un flacon de sa poche, caresse la bête et fait couler abondamment sur ses pattes de l’eau de mille-fleurs. Le chat se rendort puis, tout à coup, sous l’effet de l’alcool, il saute à terre, cabriole, se démène.

Tous rient aux éclats quand le roi arrive « comme une bombe »; chacun reprend sa place, le maintien grave. Le roi demande ce qui cause cette gaieté. « Rien sire, c’est un fait que nous racontions », dit Champcenetz. À cet instant, le chat reprend sa danse et court comme un enragé. Le roi regarde et demande sur un ton faussement sévère : « Champcenetz, qu’a-t-on fait à mon chat? » L’interpellé doit s’exécuter : « Messieurs, déclare alors le roi, je vous laisse ici; Mais si vous voulez vous amuser, j’entends que ce ne soit pas aux dépens de mon chat. »

L’égoïsme

Et voici une autre face du caractère royal. Un jour que Louis XV chassait à Fontainebleau et avait forcé deux cerfs, tout l’équipage, chiens, chevaux, hommes, était fourbu et sur les dents. Il appelle Lansmate, son premier piqueur :

« Lansmate, les chiens sont-ils las’ — Oui, sire, pas mal comme cela. — Les chevaux le sont-ils? — Je le crois bien. — Cependant, continue le roi, je chasserai après-demain. »

Lansmate se tait: « Entendez-vous Lansmate? je chasserai après-demain. — Oui, sire, j’entends du premier mot. Mais ce qui me pique, ajoute-t-il en s’éloignant, c’est que j’entends toujours demander si les chiens et les chevaux sont las, et jamais les hommes. » Le ton était assez haut pour que le roi n’en perdit pas un mot.

Cet égoïsme qui se montre ici n’empêchait pas le roi de faire toujours grande attention à ne pas traverser une terre labourée, ensemencée ou prête à rapporter; il tançait rudement les chasseurs qui y passaient, même sur les bords. Après la chasse, il faisait dédommager les propriétaires qui se plaignaient.. et même les autres.

La mansuétude de Louis XV

Son égoïsme était si peu enraciné, si peu profond, qu’on peut dire que « jamais homme ne fut plus facile à servir que Louis XV ». Le duc de Luynes rapporte que, lorsque le roi couchait encore dans la chambre de Louis XIV, pour ne déranger personne, il allumait lui-même son feu en s’éveillant.

«Il faut laisser dormir ces pauvres gens, disait-il. Je les en empêche assez souvent, » On a vu qu’il témoignait cette même douceur au personnel de son cabinet; c’est encore Dufort de Cheverny qui écrit : « J’ai souvent été plus à mon aise avec lui qu’avec certaines gens. La bonté avec laquelle il me traitait est restée gravée au fond de mon cœur. »

L’affection

Avec sa famille, Louis XV manifestait une affection qui fait écrire à Madame de Pompadour : « La tendresse du roi pour ses enfants est incroyable et ils y répondent de tout leur cœur. » Il était fort capable d’attachement et ceux qui peignent Louis XV comme un monstre d’égoïsme l’ont peut-être insuffisamment analysé.

Lors du départ de sa fille, madame Adélaïde, qui devait à l’âge de 7 ans, rejoindre l’abbaye de Fontevrault, Louis XV se laissa fléchir, donnant un exemple de sa tendresse paternelle. Au moment des adieux, la fillette, qui était la préférée de sa mère, Marie Leczinska, répéta à merveille une leçon apprise en secret avec la duchesse de Talard, gouvernante des enfants de France.

Après avoir baisé la main du roi, la petite Adélaïde se jeta aux pieds de son père et se mit à sangloter. Louis XV en fut aussitôt très ému. Il eut la larme a l’œil, et toute la cour l’imita; si bien que Marie Adélaïde resta à Versailles!

Louis XV, marié très jeune, ne trouva pas auprès de sa femme un foyer aussi divertissant qu’il l’eût voulu. La reine, plus âgée que lui de sept ans et fatiguée par dix maternités, avait les plus solides vertus et d’agréables qualités d’artiste : elle peignait et chantait; mais elle n’était pas assez brillante pour son mari, avide de gaieté et qui trouvait auprès d’elle une compagnie un peu trop austère.

Un des plus perspicaces survivants de l’ancien régime, Talleyrand, a écrit: « La reine était vénérée, mais elle avait quelque chose de triste qui ne portait à aucun entraînement vers elle. Elle manquait des agréments extérieurs qui rendaient la nation si fière de la beauté de Louis XV. De là cette justice indulgente qui s’acquittait envers la reine en la plaignant, mais qui excusait la légèreté du roi.»

Peut-être maladroite dans la tendresse qu’elle éprouvait cependant pour son mari, la reine ne sut pas se l’attacher et elle fut inconsciemment la cause des dérèglements de Louis XV.

Louis XV et le peuple

Après avoir mérité de recevoir de son peuple le de « Bien-Aimé », et d’être cité dans sa jeunesse modèle des rois sages et vertueux, Louis XV se laissa entrainer par ses passions qui le rendirent plus coupable dans sa vie privée que dans son « métier de roi». Car il aimait son peuple. À un intendant, il écrivait: « Ne souffrez pas que rien soit exagéré et lorsque vous prononcerez entre un directeur des vingtièmes et les contribuables, dans le doute, faites pencher la balance en faveur de ces derniers. »

Un jour, la reine fit arrêter son carrosse parce qu’un déserteur lié et garrotté s’était mis à crier sur son passage; elle l’interrogea et apprit qu’on le conduisait à Lyon, où cantonnait son régiment, « pour y avoir la tête cassée suivant les ordonnances ».

Elle écrivit aussitôt, pour demander sa grâce, une lettre qu’elle fit remettre au roi par le Dauphin. Dès le lendemain, la souveraine pouvait dire à la duchesse de Luynes sa confidente : « Le pauvre diable ne mourra point… Le roi est charmant… » et la reine était trop contente pour n’en pas faire part à ses amies.

Après les témoignages de ceux qui approchaient le roi et vivaient dans son intimité, il est intéressant de connaître les sentiments que le peuple avait pour la personne royale.

Le maréchal Marmont les décrit ainsi dans ses « Mémoires » (ce Marmont qui s’attacha cependant aux « idées nouvelles » et fit avec Bonaparte la carrière que l’on sait): « Les témoignages du peuple envers Louis XV m’avaient inspiré pour la personne du roi un sentiment difficile à définir… un sentiment de dévouement avec un caractère presque religieux, un respect inné comme dû à un être supérieur. Le mot de roi avait alors une magie et une puissance que rien n’avait altérées dans les cœurs droits et purs. Ce respect de la royauté existait encore dans la masse de la nation. Cet amour devenait une espèce de culte. »

La révolution manquée

Doué par la nature d’une vive intelligence et d’un jugement droit, Louis XV désirait accomplir de grandes réformes, sans violence et sans injustice. Par leur égoïsme, les grands Corps de l’État et les privilégiés l’empêchèrent, plus ou moins, de mener à bien la révolution raisonnable dont il voyait la nécessité; ils sapèrent les fondements de la France nouvelle qu’il voulait édifier et il manqua d’énergie pour imposer sa volonté. La mort elle-même l’arrêta dans sa tâche le 10 mai 1774. La révolution royale voulue par Louis XV, reprise par Louis XVI, devait échouer. Quinze ans plus tard, ce fut la révolution de la rue.

FAQ

Quel est le surnom de Louis XV ?

Le « Bien-aimé »

Quand est mort Louis XV ?

Louis XV est mort le 10 mai 1774

Qui succède à Louis XV ?

Louis XVI

Quel évènement Louis XV entrevoit-il ?

La révolution française

Qui était la maîtresse en titre de Louis XV ?

Madame de Pompadour

Dossier Rois de France

Louis XV, la petite histoire

Lire l'article

La monarchie absolue sous Louis XIV

Lire l'article

Louis IX dit Saint Louis 1214 – 1270

Lire l'article

Louis VIII le Lion 1187 – 1226

Lire l'article

Philippe Auguste 1165 – 1223

Lire l'article

Pourquoi Louis VII le Jeune est un personnage important à son époque ?

Lire l'article

Louis VI le Gros 1081 – 1137

Lire l'article

Philippe Ier 1052 – 1108

Lire l'article

Derniers articles

Summary
Review Date
Reviewed Item
Louis XV, la petite histoire
Author Rating
51star1star1star1star1star
Software Name
Article
Software Name
Blog
Software Category
Histoire