Pourquoi la bataille de Lépante est-elle importante ?

Bataille de Lépante

La bataille de Lépante est l’ultime sursaut des pays chrétiens face à la menace des ottomans. Organisée par Pie V, la Sainte Ligue constitue une flotte capable d’arrêter l’avancée des Turcs.

C’est chose faite le 7 octobre 1571 à la bataille de Lépante. Les turcs sont écrasée et leur amiral Ali Pacha y perd la vie. Néanmoins, le succès n’est pas exploité et la flotte ottomane est reconstituée peu de temps après.

Sommaire

On raconte que le 7 octobre 1571, à cinq heures de l’après-midi, le pape Pie V était à Rome, occupé à examiner les comptes de l’État avec son trésorier et plusieurs prélats. Soudain il s’arrêta, se leva et ouvrit une fenêtre : il resta un instant immobile, regardant vers l’Orient, comme si, là-bas, loin, très loin, il voyait quelque chose.

Puis il se retourna et, le visage rayonnant, dit :

« Messieurs, cessons le travail et allons remercier le Seigneur, car en ce moment même l’armée chrétienne remporte une grande victoire ».

Pape Pie V

Puis il se rendit à l’église, pour prier et rendre grâce à Dieu, car il avait la certitude que son pressentiment était Juste.

La nouvelle de la « vision » de Pie V se répandit à la cour papale. Mais les jours succédaient aux jours, et nul messager n’arrivait pour confirmer l’événement. Déjà, beaucoup commençaient à douter : seul, le pontife gardait sa conviction.

Et voici que deux semaines plus tard, un courrier survint à Rome, venant de Venise. Il fut immédiatement admis en présence du pape, car il portait le message tant attendu; il annonçait que la flotte chrétienne s’était heurtée à celle des Turcs, et l’avait écrasée : la bataille de Lépante avait eu lieu le 7 octobre et s’était terminée par la victoire des chrétiens, exactement à cinq heures de l’après-midi.

Contexte de la bataille de Lépante

Pourquoi donc un pape prenait-il à cœur l’issue d’une bataille au point de « sentir », presque miraculeusement, ce qui se passait à distance ?

Son intérêt était pleinement justifié car cette flotte puissante avait pris la mer pour défendre, non la cause d’un seul État, mais celle de la chrétienté tout entière et la civilisation de l’Europe, menacées par les Turcs musulmans.

Environ cent vingt ans auparavant, les Turcs s’étaient emparés de Constantinople, écrasant ainsi l’ancien Empire Romain d’Orient (l’Empire byzantin). Depuis lors, ils avaient remonté la péninsule des Balkans et leur puissance n’avait cessé d’augmenter. Venise avait dû céder, une à une, toutes les îles qu’elle possédait dans la mer Égée.

Nous avons déjà évoqué sa résistance dramatique contre l’inexorable avancée turque. Dans la deuxième moitié du XVIe siècle, Venise ne conservait plus que deux avant-postes importants en Méditerranée orientale : les îles de Crète et de Chypre.

Cette dernière fut attaquée à son tour en 1570. Un autre bastion de la chrétienté risquait donc de tomber aux mains des Infidèles. Quant à Venise, elle en ressentirait immédiatement le préjudice matériel, car elle perdrait une base commerciale de valeur. En outre, les autres États européens, et surtout ceux qui bordaient la Méditerranée, ne pouvaient rester indifférents devant la gigantesque évolution de la puissance turque : tôt ou tard, ils s’en doutaient, ils devraient l’affronter.

Ils ne pouvaient pas laisser, une fois encore, Venise faire face, seule, à ce redoutable ennemi.

L’œuvre de Pie V

La lourde charge d’animer et de rassembler les forces chrétiennes fut assumée avec enthousiasme par le pape Pie V. C’est lui qui, le premier et le seul de son temps, fut convaincu de Ia nécessité pour les pays européens d’oublier un instant leurs inimitiés afin de s’unir contre les musulmans.

Un sultan turc aurait dit de lui : « Je crains plus les prières de ce pape que toutes les troupes de l’empereur. » Mais quelle tâche ardue Pie V avait entreprise! Avec une persévérance et un courage admirables, il envoya des légats à toutes les cours d’Europe, pour les exhorter à s’unir afin de donner une leçon aux Turcs.

Le 25 mai 1571, un traité fonda la Sainte-Ligue.

Tout d’abord, les chrétiens ne furent pas d’accord sur le choix de leur chef; de plus, fallait-il attaquer immédiatement, ou attendre? Et comment régler le financement de l’entreprise ?

On perdait des jours, des mois précieux, en discussions, en disputes, cependant qu’à Chypre la garnison vénitienne faisait des prodiges de vaillance pour résister à l’invasion musulmane barricadés dans la forteresse de Famagouste, les survivants combattaient toujours sous le commandement du général Bragadino.

Mais, bientôt à court de munitions, ils se rendirent. Les Turcs se montrèrent d’une cruauté sans précédent, faisant des prisonniers un véritable carnage, torturant, écartelant sur une place publique l’héroïque général (août 1571). Désormais, l’armée chrétienne ne pouvait hésiter davantage.

La flotte chrétienne à la bataille de Lépante

À la suite de la création de la Sainte-Ligue, une flotte colossale s’était réunie à Messine : elle comprenait à peu près 210 galères, dont environ 115 vénitiennes, une vingtaine envoyées par le royaume de Naples (qui était alors sous l’autorité de l’Espagne), 14 par le pape, 3 par le duc de Savoie, 3 par la république de Gênes, 3 par les chevaliers de Malte; les autres appartenaient à diverses grandes familles.

En outre, on y voyait une trentaine de bateaux (les uns espagnols, les autres vénitiens), et 6 puissantes galéasses de Venise. L’équipage comptait plus de 40 000 galériens rameurs, 13 000 marins, 30 000 soldats, dont la moitié étaient espagnols et l’autre moitié italiens. Le commandement suprême fut confié à don Juan d’Autriche, fils de empereur Charles Quint. Les chefs des différentes escadres
de la flotte, Andrea Doria, Sebastien Veniero, A. Barberigo et Marc Antoine Colonna, dépendaient de lui.

La bataille de Lépante

Toutes voiles déployées, l’imposante masse de vaisseaux navigue pendant vingt jours dans la mer lonienne, à la recherche de la flotte turque. Enfin la rencontre survient, le 7 octobre, dans le détroit de | Lépante, près du golfe de Patras. Il est midi.

Les Turcs alignent presque trois cents bateaux. Les deux flottes se mettent à voguer avec décision l’une vers l’autre, pour l’abordage. Aux premières bordées, tous les bateaux s’accrochent pour permettre aux soldats de sauter sur les tillacs, de violentes mêlées se déchaînent sur les ponts branlants, suivies d’attaques, retraites, contre-attaques, exactement comme sur un champ de bataille terrestre.

Le coup de génie de don Juan d’Autriche

Les deux bateaux amiraux combattent également bord à bord. Les farouches janissaires turcs sont sur le point d’écraser les chrétiens. Soudain, don Juan d’Autriche a une idée géniale : il libère tous ses galériens et les transforme en autant de soldats qui combattent avec acharnement pour gagner leur liberté.

Ali Pacha, l’amiral turc, se voit contraint d’en faire autant: mais les galériens de son bateau, presque tous prisonniers chrétiens, au lieu de lui venir en aide, se jettent sur leurs gardiens et hâtent la ruine du navire.

Ali Pacha lui-même tombe, tué d’un coup d’arquebuse. Peu de temps après, l’étendard des chrétiens est hissé à la vergue du navire amiral. Il est cinq heures de l’après-midi : c’est la victoire.

Cent quatre-vingts galères turques sont capturées; plus de soixante coulent à pic. Trente mille musulmans périssent, ainsi que dix mille chrétiens, tandis que douze mille autres, enchaînés sur les navires ennemis, sont libérés.

Mais les vainqueurs ne savent pas tirer parti de la situation. L’armée aurait dû Poursuivre son avancée et, profitant de l’immense confusion de l’ennemi, tenter la conquête de Constantinople. Les commandants préfèrent, au contraire, regagner au plus tôt leur ville pour y recevoir les honneurs et le triomphe. Néanmoins, la défaite calme l’audace des Turcs et met un frein à leur programme de conquête.

FAQ

Qui dirige la flotte chrétienne à la bataille de Lépante ?

Don Juan d’Autriche, fils de Charles Quint

Qui commande la flotte turc à la bataille de Lépante ?

L’amiral Ali Pacha qui meurt à cette bataille

Quel pape organise l’unité des états chrétiens ?

Le pape Pie V

Quel évènement précipite la victoire chrétienne ?

Don Juan d’Autriche libère les galériens qui deviennent de facto autant de combattants contre les turcs

Dossier Arabes

Pourquoi la bataille de Lépante est-elle importante ?

Lire l'article

La conquête de l’Espagne et Al-Andalus

Lire l'article

Empire arabe du VIIe au XIe siècle

Lire l'article

Invasion Ottomane en Europe

Lire l'article

Histoire brève des arabes dans le bassin méditerranéen

Lire l'article

Pirates et corsaires de la Méditerranée

Lire l'article

Derniers articles

Summary
Review Date
Reviewed Item
Bataille de Lépante
Author Rating
51star1star1star1star1star
Software Name
Article
Software Name
Blog
Software Category
Histoire