L’Europe dans le monde au XVIIIe siècle

Europe au XVIIIe siècle

L’Europe du XVIIIe siècle commence avec autant de promesses de paix que le XVIIe siècle, et, pourtant, il fut marqué par de nombreuses guerres car les plus grandes nations européennes s’étaient donné pour principe de se coaliser dès qu’une puissance semblait donner des signes de prédominance sur les autres. Mais ce projet fut bien vite oublié…

En l’an 1701 éclata la guerre de la succession d’Espagne, qui dura jusqu’en 1713. Trois autres conflits la suivirent : la guerre de la Succession de Pologne (1733-1738), celle de la Succession d’Autriche (1740-1748), et la guerre de Sept Ans (1756-1763), ce qui représente plus de cinquante ans de luttes au cours desquelles plusieurs nations parvinrent à une position de premier plan en Europe, tandis que d’autres perdaient leur puissance. Dans ce chapitre, nous vous présenterons un bref aperçu de l’histoire des plus grands pays d’Europe au XVIII siècle.

Sommaire

Comme les hommes de la Renaissance, ceux du XVIIIe siècle eurent conscience de vivre dans un monde en pleine transformation. En effet, pendant ce « Siècle des Lumières », ce nest pas seulement la vie intellectuelle qui est bouleversée, sous l’impulsion des philosophes, c’est aussi la vie économique et la société qui évoluent avec rapidité dans l’Europe entière.

Une intense curiosité scientifique, qui s’est emparée de tous les esprits cultivés, aboutit à de nombreuses découvertes, dont les applications pratiques sont à la base des transformations économiques.

C’est surtout en Angleterre que se produit cette révolution technique : Nexwcomen perfectionne la « pompe à feu », inventée par le Français Denis Papin; Wart (vers 1780) fabrique la première machine à vapeur ; Darby trouve le procédé de fabrication de fonte au coke; John Kay imagine la « navette volante » qui libère une main du tisserand; etc.

Mais la France compte également un grand nombre d’inventeurs : Cugnot construit son chariot à vapeur; Jouffroy d’Abbans fait naviguer sur le Doubs un premier bateau à vapeur, Lebon utilise pour l’éclairage le gaz produit par la combustion du bois; etc.

C’est principalement l’industrie qui bénéficie de ces découvertes, mais l’agriculture fait également des progrès. Quant au commerce, grâce en particulier au développement des empires coloniaux, il connaît une grande prospérité.

Carte de l'Europe au XVIIIe siècle
Carte de l’Europe au XVIIIe siècle

Toutefois, l’expansion de l’économie europeenne et ses répercussions sur la société se font de façon très inégale; l’Europe occidentale (France, Angleterre) en bénéficie tout d’abord, tandis que, dans l’Europe orientale et méridionale, la transformation est plus lente.

L’Angleterre

La vie politique de l’Angleterre du XVIII siècle est dominée par le commerce, le premier du monde. La richesse du pays entraîne l’augmentation de la population, et la bourgeoisie qui détient les capitaux impose au Roi et au Parlement une politique qui assure la prospérité économique. Ainsi, les guerres auxquelles l’Angleterre est mêlée lui amèneront un empire colonial : la guerre de Sept Ans lui vaut des territoires en Amérique (Canada, vallée de l’Ohio, Floride), en Inde et en Afrique: la guerre de la Succession d’Espagne lui permet d’occuper Gibraltar en 1704.

Mais à la fin du siècle, de 1775 à 1783, les colonies américaines ne trouvent pas dans l’occupation anglaise tous les avantages qu’elles escomptaient. La guerre qu’elles entamèrent allait leur donner leur indépendance. Le traité de paix ratifié à Versailles en 1783 la leur accorda : dès lors, les colonies anglaises d’Amérique du Nord constituèrent la Confédération républicaine des États-Unis d’Amérique.

Europe XVIIIe siècle, vue d’artiste

La Prusse

Au XVII siècle, à la suite de nombreuses conquêtes, le Brandebourg était devenu un État d’une certaine importance, mais il restait à le transformer en royaume. Au XVIIIe siècle, il eut la chance d’être gouverné par des souverains très habiles, qui consolidèrent sa puissance: Frédéric Ier (1688-1713) obtint enfin le titre de «roi en Prusse ». Frédéric-Guillaume II, «le Roi-Sergent » (1713-1 740), se fixa pour objectif de faire de la Prusse un Etat militaire très important et constitua une armée bien disciplinée : de 80000 hommes environ. Frédéric le Grand (Frédéric Il) lui succéda: ce souverain intelligent et énergique régna de 1740 à 1786.

Il conquit la Silésie en 1748, à la suite de la guerre de la Succession d’Autriche, et sut tenir tête à la coalition de plusieurs pays (France, Autriche, Russie, Espagne, Pologne, Suède) qui s’étaient ligués contre lui pendant la guerre de Sept Ans. Celle-ci se termina à l’avantage de Frédéric Il qui réussit à conserver toutes ses possessions.

A sa mort, Frédéric-Guillaume Il lui succéda (1786-1797). Sous son règne, une partie de la Pologne fut annexée à la Prusse.

L’Autriche

L’une des plus grandes puissances de l’Europe au XVIII siècle était
l’Autriche. Outre les États héréditaires (Autriche, Styrie, Carinthie, Carniole, Tyrol), elle possédait les Pays-Bas (Belgique actuelle), la Silésie, les deux couronnes de Bohême et de Hongrie, le Milanais, Parme et Plaisance.

Au début du siècle, l’empereur était Charles VI Comme il n’avait pas de fils, il régla sa succession au profit de sa fille, Marie-Thérèse, par la Pragmatique Sanction (1713). Mais, à sa mort, certains souverains d’Europe y firent opposition en faisant valoir des droits sur la Couronne d’Autriche. La guerre éclata alors (guerre de la Succession
d’Autriche). A la fin du conflit, Marie-Thérèse monta sur le trône, mais dut renoncer à la Silésie.

La période comprise entre 1740 et 1790 fut une des plus heureuses de l’histoire d’Autriche : le pays fut gouverné successivement par Marie-Thérèse et par son fils Joseph Il. Pendant tout le siècle.
l’Autriche s’efforça de contenir l’ambition de la Russie et de la Prusse qui cherchaient à étendre leurs possessions à ses dépens.

La Russie

Les règnes de Pierre le Grand (1689- 1725) et de Catherine Il (1762-1796) furent deux périodes glorieuses de l’histoire de la Russie au XVIIIe siècle. Pierre le Grand fit un très grand ombre de réformes, souvent confuses, pour moderniser la Russie : il créa des usines en tous genres, fit exploiter les gisements de fer, construisit des canaux, ouvrit des écoles et des orphelinats.

Il engagea une guerre à la suite de laquelle la partie orientale de la Finlande revint à la Russie. Le règne de Catherine II fut marqué par une succession de guerres contre la Pologne et l’Empire turc. Elles se conclurent à l’avantage de la Russie dont les possessions s’agrandirent considérablement. Par ses luttes contre les Turcs, le
Pays étendit ses domaines vers la Méditerranée.

La France dans l’Europe du XVIIIe siècle

Pour la France, le XVIII siècle fut une époque de crise. Après la mort de Louis XIV, le pays eut des rois souvent dominés par leur
entourage.

De 1756 à 1763, la France prit part à la guerre de Sept Ans pendant laquelle elle lutta, pas toujours avec bonheur, avec l’Autriche, contre la Prusse et l’Angleterre. Le résultat fut qu’elle dut renoncer à presque toutes ses colonies (Canada, vallée de l’Ohio, Inde) au profit de l’Angleterre. Cependant, en 1766, la Lorraine, et en 1768, la Corse, furent rattachées au royaume de France.

Louis XVI tenta de relever les conditions matérielles de son royaume en appelant au gouvernement des ministres de valeur (Necker, Turgot), mais en 1789, le peuple, abusé et irrité, laissait éclater sa colère : la révolution française était déclenchée.

L’Italie

Par les traités d’Utrecht et de Rastadt (1713-1714), signés à la fin de la guerre de la Succession d’Espagne, les territoires italiens qui, au début du XVII siècle, étaient entre les mains de l’Espagne (Milan, Naples, Sardaigne) passèrent à l’Autriche.

De nouveaux changements se produisirent dans l’organisation territoriale de l’Italie pendant le XVIII siècle, à la suite de deux autres guerres de Succession (de Pologne et d’Autriche). Le pays presque entier se trouva sous la domination de deux familles : les Habsbourg (Autriche) dans la plaine du Pô et en Toscane et les Bourbons (Espagne) au Sud et dans les duchés de Parme et de Plaisance.

L’Espagne

La guerre de la Succession d’Espagne, qui éclata au début du XVIII siècle, priva l’Espagne de ses possessions italiennes (Milan, Naples et la Sardaigne). Elle dut céder Gibraltar (1704) aux Anglais et perdit d’autres territoires au profit de l’Angleterre au cours de la guerre de Sept Ans.

Ce siècle fut donc pour elle une période de décadence.

L’Empire Turc

A la même époque, l’Empire turc se trouva en lutte à plusieurs reprises contre l’Autriche et la Russie. Son armée, peu préparée, ne lui permit pas de faire face aux attaques de ses adversaires et, en 1774, il dut céder à la Russie le droit de libre navigation sur la mer Noire.

La Pologne

Le sort de la Pologne, au XVIII siècle, fut particulièrement douloureux : la guerre de la Succession de Pologne, puis une guerre civile survenue entre deux partis aux idées opposées, enfin nombre d’autres luttes allaient beaucoup affaiblir ce pays.

La Russie profita particulièrement de cette situation. Après s’être alliée avec la Prusse et l’Autriche. elle envahit par trois fois le territoire polonais (1772-1793-1795). Ce furent les trois « partages » de
la Pologne
qui se trouva divisée, à la fin du siècle, entre la Russie, l’Autriche ‘et la Prusse.

L’agriculture en Europe du XVIIIe siècle

Elle progresse moins vite que l’industrie. Cependant, de nouvelles cultures font leur apparition : le maïs modifie l’alimentation des populations du Midi et se révèle également appréciable pour la nourriture des animaux.

La pomme de terre, partie de la péninsule ibérique, gagne peu à peu toute l’Europe, tandis que les champs de plantes fourragères commencent à remplacer avantageusement les terres incultes permettant ainsi le développement du cheptel.

Ces cultures nouvelles exigent du paysan plus de travail, aussi cherche-t-il à perfectionner son outillage : la faux détrône de plus en plus l’antique faucille, de nouveaux types de charrues apparaissent en Angleterre. Ainsi les terres incultes diminuent, le rendement et la production s’améliorent et les famines se font plus rares.

Le commerce en Europe du XVIIIe siècle

Au XVIIIe siècle, la plupart des souverains apportent un soin tout particulier à l’activité commerciale, source de richesses considérables.

Ports français et anglais se disputent le meilleur du commerce avec l’Amérique; c’est surtout à Londres, à Liverpool, à Nantes et à Bordeaux que viennent accoster les vaisseaux chargés de tabac, de café, de sucre, d’indigo; mais il ne faut pas non plus négliger Copenhague, Amsterdam, Hambourg, etc.

Port de commerce, Europe XVIIIe

De leur côté, les ports de la Méditerranée, assoupis au XVIIe siècle, sont en nette reprise; c’est Marseille qui est déjà le plus actif, suivi par Barcelone, Gênes cet Livourne. Tandis qu’à l’intérieur des États, l’abaissement des tarifs douaniers et des péages, l’aménagement des routes et des voies d’eau permettent une meilleure circulation des produits, apparaissent des facteurs favorables à l’essor du commerce : une plus grande abondance monétaire, la multiplication des banques, le groupement des marchands en compagnies commerciales, la création de foires et de marchés nouveaux.

L’industrie

La prospérité commerciale entraîne le développement de l’industrie marchés de plus en plus importants qui s’offrent à eux, les négociants pressent les industriels d’accroitre leur production. Dans ce domaine également la France, et surtout l’Angleterre, occupent une place de choix.

De nouveaux établissements industriels, dus en général à l’initiative privée, mais soutenus par le gouvernement royal qui veut pouvoir augmenter la vente des produits manufacturés, sont fondés; ainsi, en France, on peut citer des fabriques de produits chimiques (Javel, Saint-Denis), des papeteries (Angoulême, Annonay), des fabriques de textiles (Jouy), des mines de charbon (Anzin, Alès, Carmaux), etc.

Dans les pays d’Europe centrale les progrès de l’industrie sont bien moindres; cependant, dans la seconde moitié du siècle, les souverains de ces pays, les « despotes éclairés », ont une action efficace dans le domaine économique : ainsi Frédéric II crée en Prusse de nombreuses manufactures de textiles, de draps et de soieries, des verreries, des fonderies ; Catherine II, en Russie, et Joseph II, en Autriche, font de même.

Malgré ces efforts, les grandes manufactures, comptant plusieurs centaines d’ouvriers, sont encore assez rares, même en Angleterre et en France, et les petits ateliers artisanaux restent toujours extrêmement nombreux. Ce n’est qu’à partir du XIXe siècle que les véritables « usines » apparaîtront et remplaceront peu à peu ces ateliers.

Mais, dès la fin du XVIIIe siècle en Europe, ces transformations économiques ont eu d’importantes conséquences sur le plan social, faisant éclater les vieilles corporations, augmentant l’importance de la bourgeoisie commerçante et manufacturière, faisant apparaître une nouvelle classe : « le prolétariat ».

Résumé de l’Europe au XVIIIe siècle

En résumé. voici quelle était la situation de l’Europe au XVIII siècle : Angleterre, Prusse et Russie avaient acquis une importance de premier plan: Autriche et France avaient pu conserver leurs positions respectives au prix de grands efforts: Turquie et Espagne étaient passées au second plan, tandis que la Pologne disparaissait de la carte de l’Europe. L’Italie ne fit que changer de maître, car la domination autrichienne succéda à la domination espagnole.

FAQ

Quelle classe apparaît au XVIIIe siècle ?

Le prolétariat

Quels pays se partagent majoritairement le commerce avec l’Amérique ?

L’Angleterre et la France. C’est surtout à Londres, à Liverpool, à Nantes et à Bordeaux que viennent accoster les vaisseaux chargés de tabac, de café, de sucre, d’indigo; mais il ne faut pas non plus négliger Copenhague, Amsterdam, Hambourg, etc.

Quels aliments font leurs apparitions en Europe au XVIIIe siècle ?

Le maïs et la pomme de terre

Dossier Europe

L’Europe au XVIIe siècle

Lire l'article

L’Europe au XIVe siècle

Lire l'article

L’Europe dans le monde au XVIIIe siècle

Lire l'article

Invasion Ottomane en Europe

Lire l'article

L’Europe à la fin du XVe siècle

Lire l'article

Émergence des villes au Moyen Âge en Europe

Lire l'article

Naissance des nations de l’Europe

Lire l'article

Derniers articles

Summary
Review Date
Reviewed Item
L'Europe dans le monde au XVIIIe siècle
Author Rating
51star1star1star1star1star
Software Name
Article
Software Name
Blog
Software Category
Histoire